Rénovation énergétique d’une maison : quels travaux d’isolation prévoir pour vos propriétaires ?

Le DPE fait aujourd’hui figure d’incontournable en matière de rénovation énergétique dans l’immobilier résidentiel. Si sur le fond sa fiabilité est encore jugée insuffisante selon certains professionnels de l’immobilier, sur la forme, il demeure un dispositif réglementaire de taille, du fait de son intégration dans la Loi Climat et Résilience. Votre rôle est d’accompagner vos propriétaires dans cette transition en leur apportant un maximum d’informations et de conseils pour la mise aux normes leur logement. Quels sont les travaux d’isolation à prévoir pour la rénovation énergétique d’une maison individuelle ? Voici les différentes techniques d’isolation permettant à vos clients d’améliorer l’étiquette énergétique de leur bien.

Déterminer l’origine de la déperdition de chaleur d’une maison

Un logement mal isolé au niveau thermique conduit irrémédiablement à des dépenses énergétiques excessives. Différents types de travaux sont possibles, et plusieurs dispositifs d’aides financières ont été mis en place par l’État. L’objectif est d’encourager et aider les propriétaires, y compris les plus précaires, à entreprendre des travaux de rénovation énergétique de leur bien.

Avant cela, plusieurs paramètres sont à prendre en compte. À commencer par l’identification des zones du logement et des équipements dont l’efficacité énergétique est insuffisante et qui sont la cause des déperditions thermiques. Votre propriétaire sera en mesure d’envisager les travaux de rénovation énergétiques adéquats :

  • isolation du bien ;
  • changement des équipements de chauffage ;
  • pose de panneaux solaires ;
  • Etc.

La nature des travaux de rénovation énergétique à entreprendre dépendent de la classe énergétique du logement. Certains travaux prioritaires permettront au bien de sortir de l’état de passoire énergétique (logements classés F et G). Les restrictions en matière de location pourront donc être levées.

A contrario, un bien classé D ou E, disposant d’un meilleur confort thermique, pourra bénéficier de travaux pour obtenir :

  • un meilleur grade énergétique ;
  • un confort thermique optimisé ;
  • une augmentation de sa valeur verte.

On recense 4 types de travaux de rénovation énergétique permettant de sortir de l’état de passoire thermique les logements classés F ou G :

  • l’isolation ;
  • le chauffage ;
  • la régulation du chauffage ;
  • la ventilation.

Une mauvaise isolation, voire absence d’isolation, de la toiture, des planchers et des murs sont généralement en cause.

La rénovation énergétique d’une maison par les combles

La rénovation énergétique d’une maison par les combles apparaît comme la solution la plus rentable et la plus efficace.

Les éléments à isoler dans une maison

Source : e-renov.com

Selon l’ADEME, l’isolation des combles permet d’obtenir un gain énergétique de 25 à 30 %. Il s’agit de travaux à réaliser en priorité. On distingue deux types de combles aux méthodes d’isolation très différentes : perdus ou habitables.

Les combles perdus

Les combles perdus sont des espaces non habitables du fait de la hauteur sous plafond ou de la structure de la charpente ne permettant pas de se tenir debout.

La méthode d’isolation la plus fréquente consiste à souffler des flocons de matériaux isolants dans les combles jusqu’à ce qu’un volume suffisant protège le bien des températures chaudes et froides. Il s’agit de la technique la moins onéreuse, qui oscille entre 25 €/m² et 60 €/m². Le chantier peut être réalisé en une journée.

Les combles habitables

Les combles habitables peuvent être aménagées en espaces à vivre supplémentaires. On les isole généralement à l’aide de rouleaux ou de plaques de matériaux isolants que l’on fixe sur l’intérieur du toit.

Selon le matériau utilisé, l’isolation de combles habitables varie entre 50€ et 200€ par m² et le chantier peut durer plusieurs semaines. Le bénéfice vaut l’investissement, puisqu’à l‘issue des travaux, le bien disposera d’une ou plusieurs pièces supplémentaires en fonction du projet d’aménagement.

L’isolation des murs intérieurs et extérieurs

Deuxième poste le plus économique en termes de consommation d’énergie, l’isolation des murs représenterait un gain d’environ 25% sur la facture énergétique. Il existe 2 méthodes : l’isolation des murs par l’intérieur ou par l’extérieur.

Isolation des murs par l’extérieur

Ce procédé permet de supprimer l’intégralité des ponts thermiques. Il s’impose comme étant la méthode la plus efficace pour éradiquer les déperditions de chaleur. Deux techniques sont alors possibles :

  • L’isolation sous enduit : elle consiste à poser des panneaux rigides sur la façade, puis un enduit de finition.
  • L’isolation sous bardage : l’artisan pose des panneaux isolants, puis les recouvre avec un bardage. Cette solution s’avère adéquate lorsque la façade d’un bien est dégradée.

Isolation des murs par l’intérieur

Elle consiste à fixer du matériau isolant directement sur les murs intérieurs du logement, pour réduire significativement les déperditions d’énergie.

Les différents types d’isolation des planchers bas

Lorsqu’ils ne sont pas isolés, les planchers bas peuvent être responsables d’approximativement 7 à 10% des déperditions thermiques totales de l’habitation. Selon la configuration des sols, plusieurs techniques peuvent être mises en œuvre.

L’isolation du sol par le dessous

Ce procédé est adéquat dans les habitations dotées d’un espace vide non chauffé entre le plancher bas et le sol naturel (terre) : vide sanitaire, garage, cave, etc. Il y a plusieurs méthodes. L’artisan peut :

  • fixer directement sur le plafond de cet espace vide des panneaux rigides ;
  • installer une chape flottante ;
  • réaliser un plancher à hourdis. Il s’agit de la technique la plus simple, car la couche isolante n’a pas à être nécessairement recouverte d’une finition.

💡 À savoir 

Un plancher à hourdis se compose de poutres, généralement en béton, avec des armatures intégrées et de modules préfabriqués (en béton, en polystyrène ou en bois), qui s’insèrent entre ces poutres.

L’isolation du sol par le dessus

En l’absence de vide sanitaire ou d’un espace vide non chauffé, la technique de l’isolation du sol par le dessus est privilégiée. Elle suppose un accès direct à la dalle sur laquelle sera posée une chape isolante, une chape flottante, un plancher à hourdis, ou des panneaux d’isolants sur la dalle. On finit ensuite par l’application d’un revêtement adapté.

L’isolation sur terre-plein

Dans certaines maisons, la dalle a été directement coulée sur un terre-plein, c’est-à-dire directement sur le sol. Dans ce cas, un isolant de 20 cm d’épaisseur minimum sera posé sur le sol, afin de limiter les échanges thermiques entre la terre et la dalle.

L’isolation sur vide sanitaire non accessible

Si le vide sanitaire n’est pas assez haut pour permettre un accès confortable, une isolation par remplissage partiel avec un matériau léger peut être envisagée. Sinon, la méthode par le dessus devra être préconisée.

L’isolation sur vide sanitaire accessible, ou sur local non chauffé

Si le bien a été construit sur un vide sanitaire accessible, cet espace permet d’envisager une isolation par le dessous. C’est également le cas pour une cave non chauffée.

Les ouvrants et le système de chauffage

Les ouvrants ou le système de chauffage sont d’autres paramètres pouvent être à l’origine des déperditions thermiques. La pose de fenêtres double vitrages ou le remplacement de radiateurs électriques énergivores par des équipements plus performants sont des solutions qui peuvent être mises en place facilement.

Ce sont des recommandations du diagnostiqueur dans le DPE. Elles constituent, en phase 1, les premiers travaux à effectuer pour augmenter la performance énergétique du bien, voire sortir de l’état de passoire énergétique.

Les propriétaires-bailleurs ne sont pas les seuls concernés par les travaux visant à améliorer la performance énergétique de leur bien. Les locataires peuvent réaliser des travaux de rénovation énergétique du bien qu’ils occupent et prétendre à des aides financières. Pour en savoir plus, découvrez quel type d’accompagnement proposer à vos clients, propriétaires comme locatauires, pour entreprendre la transition énergétique.

Article rédigé par Céline Montois, gestionnaire immobilier

Bannière CTA pour rejoindre la communauté des pros de la gestion locative sur Facebook

Retour sur le blog

Vous pourriez être intéressé par ces articles

Rénovation énergétique à horizon 2050 : comprendre les enjeux pour le secteur de l’immobilier

La rénovation énergétique et le DPE sont au cœur des préoccupations de l’ensemble des...

Droit de visite du bailleur : quelle est la réglementation applicable ?

Dans certains cas, le locataire a pour obligation de permettre au bailleur d’avoir accès...

Modèle état des lieux appartement T3 gratuit – 100% conforme loi ALUR

Étape obligatoire de toute location, il est important de ne pas la négliger, même...